La forme, le déroulement et la douleur ressentie pendant l’accouchement est unique pour chaque femme. Néanmoins, un accouchement normal, par voix basse suit trois étapes différentes. La première étape c’est le travail, qui varie de quelques heures à quelques jours. La seconde c’est l’expulsion, pendant laquelle la mère doit pousser. La dernière étape est la délivrance. Lorsque l’accouchement s’approche, nombreuses femmes posent de nombreuses questions concernant la phase d’expulsion.

Quand et comment pousser ?

L’ accouchement et naissance sont des moments magiques et inoubliables. À la dernière phase de travail, les contractions sont rapprochées et de plus en plus intenses. La maman ressent un besoin de pousser par ce que la tête du bébé appuie sur le rectum. Même avec cette sensation, il arrive très souvent que la sage-femme interdise encore de pousser et cela pour différentes raisons. En effet, le professionnel qui réalise l’accouchement écoute votre reflexe naturel, observe la dilatation du col et la descente de la tête du bébé. Une fois les conditions réunies, la sage-femme vous demande de pousser, et vous devez le faire en appliquant les conseils de respiration et la technique de poussé. Vous pouvez choisir parmi les deux techniques de respiration que vous avez apprise pendant la période de préparation à l’accouchement. La première technique c’est la poussée en inspiration bloquée. Au début de la contraction, vous devez effectuer une grande inspiration, bloquer l’air dans vos poumons et vous recroquevillez sur vous-même. Vous devez placer vos mains derrière vos cuisses. La deuxième technique c’est la poussée en expiration forcée. Après une inspiration, vous devez souffler votre air fortement mais à petite amplitude. La sage-femme ou gynécologue évalue la capacité de poussée de chaque patiente, mais dans la plupart des cas, elle recommande la première technique de poussé. Cette technique s’appuie sur la participation du diaphragme. Un muscle très puissant qui agit pour rendre le périnée beaucoup plus intense et violent.

Le reflexe de poussée en d’autre termes

La reflexe de poussée est similaire à l’envie d’aller à la selle, mais beaucoup plus puissant et douloureux. En effet, vous serez soumise à ce réflexe lorsque votre bébé s’engage dans le bassin. Il est souvent difficile de prendre conscience de la douleur que vous allez ressentir durant le travail et encore plus de la manière et de l’endroit où vous devez pousser tant que vous n’avez pas eu la sensation. Pour faciliter les choses, entrainez-vous avec les exercices d’expiration et au moment d’expulsion, écoutez les conseils de votre sage-femme ou de votre gynécologue.

Retour